Un pont métallique… en carton pour voie Ho


Épisode 218 – Aujourd’hui, fabrication d’un pont-rail métallique en carton pour la nouvelle voie de chemin de fer.


Dans le cadre des travaux sur la sortie Ouest du module 1 et de l’implantation d’une nouvelle voie, il me faut concevoir un pont-rail. Je vais le fabriquer en carton : carton de calendrier, carton-mousse et carton de 1mm. Tous les collages se font à la colle cyanoacrylate Colle 21.

Photo 1598 : Fabrication d’un pont-rail métallique en carton. source : letraindemanu.fr

Une section de voie en biais

Cette section de voie n’a qu’un but strictement décoratif. Elle traverse le module en biais dans sa largeur et surplombe la ZI Nord, au droit de l’entreprise STPM. La voie elle-même est composée de rails Jouef d’occasion qui m’ont été offerts par ma bru. Je commence par la semelle de ballast découpée dans une plaque de carton-mousse de 3mm d’épaisseur : 50 cm de long x 45 mm de large. La longueur est volontairement supérieure, car je dois travailler les extrémités : celle coté façade avant doit être biseautée, celle côté fond de décor doit être arrondie. Pour travailler plus facilement, ma semelle est coupée en deux en son centre. Lorsque les deux extrémités ont été découpées, les deux plaques sont alignées dans leur axe. Étant d’une longueur légèrement supérieure à la longueur utile de la voie, leur jonction centrale se superpose de quelques centimètres. On coupe le surplus et on colle les deux tranches. La semelle est terminée.

Photo 1599 : Travaux sur les extrémités de la voie Jouef. Source : letraindemanu.fr

Pose de la voie Jouef et peinture

La voie Jouef est collée à la cyanoacrylate sur le carton-mousse (il ne faut pas se tromper de côté) : un peu de colle sous chaque traverse. La voie doit déborder un peu de chaque extrémité de la semelle en carton-mousse. Quand la fixation est scellée, les extrémités des rails sont découpées au disque à tronçonner monté sur Dremel. La découpe se fait par le verso, le carton-mousse sert alors de repère de découpe.

Avec un coton tige, j’étale de l’huile de cuisine sur le dessus des rails, puis dans ma cabine de peinture (un gros carton sur mon balcon), j’applique deux couches d’une peinture en bombe marron.

Photo 1600 : Peinture de la voie Jouef. Source : letraindemanu.fr

Le pont-rail 

Mon pont-rail doit franchir deux voies : la voie principale (sortie Ouest du module 1) et une voie embranchée. Deux travées sont donc nécessaires, respectivement de 11 et 9,5 cm de long.

Le carton de calendrier me servira de base du pont. J’y découpe une bande de 27 cm de long sur 6 cm de large. Cette bande est ensuite coupée en deux dans le sens de la longueur : il sera ainsi plus facile de travailler sur les rambardes.

Dans du carton de 1 mm, je découpe 4 pièces en arc, 2 pour chaque travée : la longueur des travées sont celles déjà indiquées, la hauteur de l’arc, en son centre est de 21 mm. Puis, dans le même carton, je découpe des bandes de 5 mm de large. A la colle cyanoacrylate Colle 21, je colle ces bandes sur les cotés, sur le dessus des arcs ainsi que sur les faces visibles.

Photo 1601 : Fabrication du pont-rail pour la future voie Jouef. Source : letraindemanu.fr

Peinture et patine du pont-rail

Le pont est peint au pinceau plat avec de la peinture verte Humbrol. Deux couches ont été nécessaires. Une fois la peinture sèche, j’applique un voile de vernis mat en bombe.

La patine se fait avec de la terre à décor appliquée à sec : rouge brique, ocre claire et noir poussière. Un voile de vernis mat en bombe fixe le tout.

Photos 1602 et 1603 : Le pont-rail est provisoirement sur son emplacement. Source : letraindemanu.fr

Le pont-rail est posé provisoirement à son emplacement. Il remplit bien son rôle occultant du départ en coulisse tout en donnant du volume au module 1.

Ballastage de la voie

Sur le pont-rail, pas de ballast mais de simples plateformes métalliques entre les rails et sur leurs côtés. Elles sont taillées dans une boîte à fromage recyclée : trois bandes de 10 mm de large et de la longueur du pont. Attention, prévoir une longueur supérieure car les extrémités vont être coupées en biais. Ces bandes sont collées sur les rails avec des gouttes de colle cyanoacrylate Colle 21. Pour la peinture, j’ai utilisé de la Humbrol gris aluminium n°56.

Photo 1604 : Mise en place et peinture des platelages du pont. Source : letraindemanu.fr

Pour ce type de platelage, j’avais initialement envisagé de recycler ces bandes de plastique qui sont utilisées pour cercler les gros colis. Leur texture est idéale pour ce type de reproduction. Mais je n’ai pas obtenu de résultats satisfaisants pour les peindre. En parlant de peinture, on remarque que la voie Jouef n’a pas trop accroché la peinture marron. Ce n’est pas dramatique, puisque la voie est peu visible, mais il me faudra reprendre ma peinture Do It qui avait un meilleur effet sur la voie K Märklin lorsque je reprendrai les travaux du dépôt.

Ballastage de la voie

Mon ballast est en sable naturel tamisé. Il est posé à sec avec l’aide d’un pinceau plat à poils souples. Puis humidifié et collé à la colle vinylique diluée à 50% d’eau. Je reprends ici la technique utilisée pour le ballastage de la voie K dans ZI Nord. On laisse sécher une journée.

Photo 1605 : ballastage de la voie Ho. Source : letraindeman.fr

Je n’ai pas patiné la voie en raison de sa position en hauteur. Le spectateur ne peux la voir que de coté, pas du dessus. Par ailleurs le pont et une rame décorative statique masquent la voie.

Patine du remblais en pierres

Si les pierres et les joints ont été peints, ces murs sont trop propres. J’applique donc une couche de mon «  jus crasse  » avec un pinceau large à poils souples. Pour mémoire, mon jus crasse est une solution obtenue de tous les résidus de travaux de peinture précédents et diluée dans l’alcool à 70°. Il est conservé dans un pot en verre avec un bouchon hermétique. En l’espèce, il s’agit d’un pot de fond de veau recyclé. Mon jus crasse étant malgré tout assez concentré, il y a lieu de le diluer à nouveau avec l’alcool médicinal avant application. Le jus crasse va aussi s’infiltrer dans les joints qui vont donc être accentués.

Un peu de terre à décor, ombre naturelle, est ensuite appliquée à sec avec un petit pinceau dédié à poils souples. J’insiste essentiellement à la base du mur à côté de la voie sortante pour figurer la crasse provenant des locomotives à vapeur. Un léger voile de vernis en bombe fixe le tout.

Photo 1606 : Patine du mur de soutènement en Carton-plume avec de la terre à décor. Source : letraindemanu.fr

Végétation

Je vais un peu camoufler les angles du mur de soutènement avec du flocage pour arbres Heki. Un peu de colle vinylique pure est appliquée au pinceau fin, puis le flocage vert foncé est déposé sur ce lit de colle. Puis, avec une aiguille montée sur seringue, je dépose cette fois quelques gouttes de colle vinylique diluée à 50%. Seconde couche de flocage, vert clair cette fois. On laisse sécher 24h. Ensuite, on fixe le tout avec de la laque à cheveux forte.

Photo 1607 : Mise en place définitive du remblais. Source : letraindemanu sur Canalblog.

Le bloc est ensuite collé à la vinylique non diluée à son emplacement définitif et mis sous presse avec des boites de conserve.

Une fois bien sec, je colle la voie avec le pont. La voie est posée sur une cale afin d’assurer son horizontalité. Le collage se fait à la vinylique et mis sous presse.

Végétation

Je traite enfin le sol, selon la même technique que celle utilisée pour la végétation près de la nouvelle caserne des pompiers : A sec, je dépose de la terre naturelle partout. puis, avec une aiguille intramusculaire montée sur une seringue, j’humidifie la terre en goutte-à-goutte. Puis, avec une dilution de colle vinylique (50% colle + 50% eau + Goutte de produit vaisselle), je répète l’opération.

Ensuite je travaille avec mes tapis d’herbes MiniNatur : déchirés et mis à la taille voulu, je dépose de la colle vinylique pure au verso, puis applique l’herbe sur le terrain. Une fois toute la végétation posée, je remets de la colle diluée à la racine des herbes avec mon aiguille.

Je mets une presse légère sur la végétation : il faut maintenir en place, sans trop écraser non plus. Je laisse sécher une journée.

Photo 1608 : L’aménagement de la sortie Ouest du module 1 a bien progressé. Source : letraindemanu.fr

Cet aménagement est une avancée importante pour la ZI Nord. Il me faut maintenant réfléchir à l’aménagement au dessus du talus. Une ancienne remise Jouef pourrait être utilisée et une rame statique est envisagée. Pourquoi par devant un signal mécanique non fonctionnel, un carré fermé par exemple, qui pourrait justifier une rame à l’arrêt. Initialement prévue pour le dépôt, la BB 67000 Jouef qui m’a été offerte récemment pourrait ici trouver une place de choix.

A suivre.

Emmanuel.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s