Electricité du réseau : tableau de commande de la gare


Episode 310 – Après l’installation du câblage sur les premiers modules, je prépare le tableau de commande de la gare.


De mon réseau précédent, j’ai entièrement démonté l’ancien tableau de commande et de contrôle qui, s’il était esthétique n’en était pas moins beaucoup trop volumineux. Pour le nouveau réseau modulaire, je décide donc d’opter pour de petits panneaux de commande déportés beaucoup plus sobres.

Pour ces travaux simples, il ne vous faudra qu’un fer à souder, de la soudure, des fils de 0,14 mm², de la gaine thermorétractable Ø 2 mm (soudures aux interrupteurs) et Ø 1,6 mm (soudures aux résistances). Du coté des composants : des inverseurs (on/on) uni et bi-polaires, des boutons poussoirs de différentes couleurs, des leds et des résistances de différentes valeurs (de 560 Ohms à 10 KOhms).


Photo 2602 : Electricité du réseau Ho, câblage du tableau de commande. Source : letraindemanu.fr

Pour mémoire, ce réseau ne sera doté d’aucun automatisme. La signalisation n’a qu’un objectif esthétique et n’a donc aucune influence sur la circulation des rames. Le tableau de commande doit permettre la commande des signaux, des aiguillages, de la grue à eau mobile ainsi que la commande des éclairages (lampadaires des quais et éclairage intérieur du BV).

La tableau de commande est un simple panneau de contreplaqué de 3 mm, parfaitement poncé. Je trace au crayon les lignes des futurs interrupteurs et des leds pour que tout soit bien aligné, puis je perce les trous au foret à bois. ∅ 5 mm pour les leds, ∅ 6 mm pour les inverseurs et boutons poussoirs.  Puis je peins avec deux couches de « Noir Paris 1″, peinture acrylique de chez Luxens. C’est un noir qui ressemble un peu aux anciens tableaux d’écoles et que je trouve plus esthétique que le noir standard. Après séchage, les orifices sont peaufinés avec une petite lime ronde.

Leds et résistances

Les leds fonctionnent sous une tension de 2 à 3 V courant continu. Il est donc impératif d’insérer une résistance dans le circuit électrique, sinon, adieu la led ! Évidemment, plus la valeur de la résistance est élevée, plus la tension diminue et plus la led perd en luminosité. Toutefois, plus la couleur de la led est foncée, moins elle diffuse de lumière.

Dans les travaux qui suivent, j’utilise des leds blanches, vertes et rouges. J’ai opté pour des leds blanches à diffuseur, moins agressives visuellement pour un tableau de commande. Les leds blanches et vertes sont équipées de résistances de 5,6 KOhms et les leds rouges de résistances de 2,2 KOhms.

Les signaux

A chaque extrémité, la gare sera dotée d’une cible cinq feux pouvant présenter : le carré (deux feux rouges), le départ en manœuvre (un feu blanc) ou la voie libre (un feu vert), soit trois états. Cela nécessite donc deux inverseurs (on/on) monopolaires (un seul circuit). J’ai malgré tout opté pour des inverseur bipolaires (deux circuits) pour pouvoir connecter des signaux futurs, signaux d’approche notamment qui devront présenter l’avertissement si le carré de la gare est fermé.

Il s’agit de signaux France Fourniture Modélisme équipés de l’œilleton (petit feu blanc latéral). N’étant jamais allumé avec un carré fermé ou le blanc de manœuvre, il n’est donc allumé dans mon cas qu’avec le feu vert auquel il est connecté. Il n’est donc pas figuré sur le plan et se branche comme le feu vert.


Photo 2603 : Branchement d’un signal Carré SNCF sur deux inverseurs. Source : letraindemanu.fr

Le second pôle disponible permet, si vous le souhaitez, d’alimenter en courant traction une section de voie isolée si vous souhaitez commander l’arrêt d’un train devant le signal.

Les aiguillages

Sur mon précédent réseau, par soucis d’économie, j’avais fait le choix de ne motoriser que quelques aiguillages d’arrière plan. C’était une mauvaise décision qui s’était immédiatement ressentie sur le jeu. Sur ce nouveau réseau modulaire, toutes mes aiguilles seront donc munies d’un moteur Märklin intégrée sous le ballast de la voie C.

Ces moteurs, comme tous les moteurs de la marque germanique pour toutes ses gammes de voies M, K et C sont des moteurs à solénoïdes fonctionnant sous 14 à 16 volts courant alternatif et sont actionnés par des poussoirs à impulsions. Pour obtenir un témoin de rappel de la commande, je commande donc chaque aiguillage par un inverseur (on/on) bipolaire (a deux circuits) associé à un seul bouton poussoir de couleur noire (autre que le rouge ou vert). J’avais déjà évoqué cette astuce dans un article précédent, mais je vous en propose un plan de câblage plus propre à cette nouvelle occasion.


Photo 2604 : Montage électrique pour le contrôle optique au TCO d’un aiguillage analogique à solénoïdes. Source : letraindemanu.fr

Évidemment, ce montage simple ne permet pas de confirmation de fin de course de l’aiguille, mais permet quand même d’obtenir un voyant de rappel pour un coût dérisoire, en tout cas bien inférieur aux pupitres Märklin vendus à des tarifs prohibitifs.

La grue à eau mobile

La grue à eau mobile Viessmann 5132 est fonctionnelle. Elle pivote à 90°. Elle ne peut donc desservir qu’une seule voie. Elle sera placée sur le quai central de la gare, pour desservir la voie principale. Ma grue sera branchée en analogique sur du 14 V courant alternatif.
• Le fil marron est connecté au feeder jaune/vert (Phase 14 v AC)
• Le fil jaune est connecté au feeder violet (Neutre14 v AC)
• les deux fils bleus sont connectés à des boutons poussoirs : Bouton rouge pour la position de travail, bouton vert pour la position de repos.

A noter qu’il est possible de stopper la course de la grue pour l’amener au dessus des trappes à eau.

Les éclairages

Chaque ligne d’éclairage (quais et éclairage intérieur du BV) dispose d’un interrupteur et d’une led témoin blanche (avec résistance de 5,6 KOhms).

Câblages

Le code couleur des câble est respecté. Toutes les soudures sont protégées par de la gaine themorétractable. Les fils sont collés au pistolet à colle.



Photos 2605 et 2606 : le tableau de commande et de contrôle de la gare. Source : letraindemanu.fr

Il ne manquent plus que les marquages avec une étiqueteuse à ruban puis une couche de vernis mat pour la finition.

Ce tableau de commande ne m’aura coûté que de la soudure et les résistances, les autres composants ayant été récupérés sur l’ancien tableau de commande du réseau précédent.

Je suis en attente des premiers éléments de voie C pour commencer le décor de ces premiers modules.

Emmanuel

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s