Bureau du chef de dépôt : recyclage de la gare de Neuvy Jouef


Épisode 255 – Après avoir construit les remises pour les locomotives, il est temps de bâtir les édifices pour les personnels. Je débute avec le bureau du chef de dépôt. Une ancienne gare Jouef va être recyclée à cette occasion.


Jeanne et Olivier, premiers mécènes de la compagnie en 2017, ont une nouvelle fois fait preuve d’une grande générosité puisqu’ils viennent de m’offrir une dizaine de bacs et cartons de matériels aussi divers que variés : quelques wagons, deux MS1, des transformateurs, des kilomètres de fils électriques (j’ai de quoi câbler tout le reste de mon réseau), des moteurs Faller (moteurs de moulins), des lampadaires et des ampoules, de la voie K, des cartons de construction, du bois,… Impossible de tout citer tant il y en a ! Dans ce lot important, j’ai trouvé d’innombrables maquettes de bâtiments en plus ou moins bon état et des dizaines de grappes de détaillage d’origine Jouef, MKD et Faller. Bref, de quoi se lancer dans le kitbashing à la mode David Meyer, notre maître en la matière avec son réseau « Neuvy-en-Othe ».

Photo 1986 : La gare de Neuvy créée par André Porte puis commercialisée par Jouef. Source : letraindemanu.fr


L’emblématique gare de Neuvy

Création d’André Porte en 1963, la gare de Neuvy est un chef-d’œuvre pour son époque. Elle représente, au 1/100e ce qui est la norme à cette période, la gare PLM de Neuvy-sur-Loire dans la Nièvre sur la ligne de Gien à Cosne-sur-Loire. Distribuée sous la marque de son auteur avec la référence 122 de 1963 à 1966, cette gare est ensuite intégrée au catalogue Jouef de 1967 sous la référence 979, après la vente des moules par l’auteur à notre marque hexagonale. Je vous invite à visiter le site  » trainsdefrancois  » qui retrace en détails la saga Jouef et dont est extraite la photo 1987 ci-dessous  [1] [2].

Photo 1987 : La gare de Neuvy créée par André Porte puis commercialisée par Jouef. Source : trainsdefrancois.free.fr

De cette gare je vais extraire les deux ailes latérales, la première à deux fenêtres, la seconde à une fenêtre, pour ne faire qu’un seul bâtiment à trois portes. Cette construction abritera le bureau du chef de dépôt, des sanitaires et une salle de repos pour le personnel. Il sera installé au premier plan à proximité immédiate de la grue à eau motorisée offerte par Julie.

Démontage

J’ai de la chance, cette maquette a été assemblée avec de la colle pour maquette plastique, je parviens donc à la démonter proprement et surtout sans casse. Je récupère les deux ailes puis je décolle les toits, portes et fenêtres. Seuls les parements d’angle restent en place au risque de les détruire. Les différents éléments sont nettoyés avec une vielle brosse à dents avec un peu d’eau chaude savonneuse. Les deux demi-bâtiments sont ensuite recollés ensemble pour former un bâtiment complet.

Photos 1988 et 1989 : Démontage et réassemblage des deux ailes de la gare de Neuvy Jouef pour obtenir un bâtiment complet. Source : letraindemanu.fr

A noter que lors des travaux qui suivent, la façade arrière, non visible du spectateur, n’est pas traitée.


Les toits

Les toits sont repeints à l’acrylique Pébéo ocre rouge, un peu moins foncée que celle de ma tour de sablage : ocre rouge avec une seule noisette d’ombre naturelle.

La cheminée est récupérée sur une autre maquette. La pente est adaptée à celle de cette toiture avec du papier de verre à gros grains. Le corps de cheminée est peint en gris béton (50% blanc + 25% noir + 25% ocre claire), le mitron tronconique en ocre rouge. La cheminée est collée sur un carré de papier aluminium, lui-même collé sur le toit à la colle cyanoacrylate Colle21.

Les craquelures de peinture grise sur le corps de la cheminée sont du plus bel effet. La peinture ocre rouge du mitron a été retouchée depuis la photographie qui s’avère par ailleurs un outils pertinent pour corriger les erreurs en cours de montage.

Photo 1990 : Vue sur la cheminée. Source : letraindemanu.fr


Les portes et fenêtres

Les vitres sont décollées sur deux des trois portes de façade. D’un vert clair original trop vif, les portes et fenêtres sont repeintes en vert foncé avec une bombe de peinture acrylique de la gamme  » Do it !  » de chez Marabu. La porte dont la vitre n’a pas été décollée devient ainsi une porte pleine. Les vitres ne seront pas remises en place sur les deux autres portes. C’est un choix qui évite d’avoir des vitres sales avec empreintes digitales ou vapeurs de colle cyanoacrylate. J’assume cette option guidée par l’esthétisme sur un bâtiment de premier plan après avoir constaté le même défaut sur la baie vitrée de ma remise, ceci n’étant la résultante que de mauvaises manipulations et non un défaut de conception. Le Rhodoïd marque très vite.

Photo 1991 : Gros plan sur les portes du bâtiment. Source : letraindemanu.fr


Aménagement intérieur

Le bâtiment est au 1/100e. On ne peut donc pas faire trois salles visibles car elles serait trop petites en surface, d’autant avec des personnages Preiser à l’échelle 1/87ème. Je privilégie donc le bureau du chef de dépôt. Dans du Carton-Plume® de 3 mm, je découpe des carrés de 35 mm de côté : trois pour les murs et un pour le plafond. Une porte pleine est récupérée sur un autre bâtiment puis insérée sur le mur du fond. Des affiches ferroviaires sont extraites d’un vieux catalogue annuel de la revue  » Le train  » puis collées sur les murs. Les photographies de leurs couvertures permettent d’obtenir des images miniatures de bonne dimensions.

Le plafond est percé et reçoit une led blanc froid de 5 mm. Patte longue (+) équipée d’une résistance de 2 KOhms. Même erreur que pour ma remise Cités miniatures : l’éclairage est trop faible et trop étroit.

Je décide donc d’installer un lampadaire intérieur. Une led CMS blanc chaud (la même que pour l’applique extérieure, voir ci-après) est installée sur une petite tige métallique courbée en haut. La tige ainsi équipée est peinte en vert foncé (peinture Humbrol au pinceau) pour masquer les fils, puis elle est fixée à la colle cyanoacrylate Colle21 sur le socle du bâtiment en Dépron, juste à côté du bureau.

Le bureau du chef de dépôt est constitué de deux tables carrées extraites d’une grappe MKD et collées côte-à-côte puis habillées d’une petite bande de carton, le tout peint à la bombe couleur marron. Le chef de bureau donne des instructions à un membre du personnel : un personnage en civil est assis derrière le bureau, un autre, en tenue cheminote, en placé debout devant. Je pensais ajouter le bureau d’une secrétaire mais la surface est trop petite.

Photos 1992 et 1993 : l’aménagement intérieur avec quelques bouts de cartons, deux tables et deux personnages. le lampadaire de bureau n’est pas encore en place. Source : letraindemanu.fr


Applique extérieure

Comme sur ma maquette Walters-Cornerstone, je vais installer une applique lumineuse au dessus de la porte centrale qui donne accès au bureau du chef de dépôt. J’utilise une applique extraite d’une grappe MKD et repeinte en vert foncé (même peinture que les portes). Une led CMS blanc chaud pré-câblée (CMS 0402 de chez Lapierre-Modélisme) est utilisée. Les fils émaillés de ces micro-leds sont très fins et donc très fragiles. Il faut être méticuleux et les soudures se font sous loupe de bureau.

L’extrémité longue (le +) est soudée à un fil jaune, l’extrémité courte (le -) à un fil marron. Une résistance de 3,3 KOhms est insérée sur le fil jaune. Les soudures sont protégées par de la gaine thermo-rétractable. Un petit trou est percé au dessus de la porte avec un micro-forêt monté sur la Drémel, puis la lampe est collée sur la façade avec une goutte de cyanoacrylate Colle21.

Photo 1994 : L’applique est posée. Il me faudra peindre les fils en noir. Source : letraindemanu.fr


Gouttières et descentes d’eau pluviale

Les gouttières et descentes d’eau pluviale sont extraites d’une grappe Jouef, retaillées à la bonne longueur puis peintes en gris aluminium Humbrol. Elles sont fixées avec la colle pour maquette plastique Faller. Une descente d’eau à chaque extrémité, une troisième a été ajoutée sur la façade pour masquer le joint entre les deux demi-bâtiments.

Climatiseur

La pièce est récupérée dans ma nouvelle réserve de pièces détachées. Les tuyaux d’extraction de flux d’airs chaud et froid sont des morceaux de fils électriques à gaine noire, raccourcis, pliés et collés avec une goutte de cyanoacrylate Colle21.

Photo 1995 : Le climatiseur est raccordé. Source : letraindemanu.fr

Patine

Le bâtiment reçoit une petite patine aux terres à décor appliquées à sec : principalement à l’ombre naturelle et au noir poussière. Les joints des pierres d’angles sont simplement noircis avec un crayon à papier. Le tout est ensuite fixé avec un voile de vernis mat en bombe.

Après avoir testé une dernière fois mes éclairages, la maquette est collée à son emplacement définitif. Il ne me reste plus qu’à masquer la jointure avec quelques touffes d’herbes pour limiter les fuites de lumière à la base.

Photos 1996 à 2000 : Le nouveau bâtiment du personnel à partir de la gare de Neuvy Jouef va pouvoir accueillir le personnel de la compagnie. Source : letraindemanu.fr

Cette maquette a moitié centenaire a trouvé dans le dépôt un bel écrin pour une nouvelle vie.

Emmanuel

[1] – Source : les trains Jouef, Philippe Galaup

[2] – Source : Trains de François, la saga Jouef

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s