Électricité du réseau : réfection complète de l’embranchement de la STPM



Épisode 223 – L’embranchement de la STPM est une longue voie partiellement noyée dans un sol en béton. Cette section noyée n’est ni fiable électriquement ni esthétique. Je décide de la refaire en totalité et profite de cette occasion pour installer un dételeur. Des clous seront utilisés pour le rail central. 


La STPM est une entreprise de travaux publics qui dispose de deux embranchements dans la zone industrielle Nord : l’embranchement E1, objet des présents travaux, est situé au fond à gauche et dessert une cour béton avec un entrepôt. C’est la voie de stockage la plus longue de la ZI. L’embranchement E2, situé devant à gauche, donne accès à une remise équipée d’un portique. C’est une voie courte. 

Photo 1634 : plan de ZI Nord. Source : letraindemanu.fr

La situation actuelle

La voie noyée n’est pas facile à reproduire en trois rails du fait de la présence du rail central composé de picots. Si notre ami belge Pascal Hubert (Réseau « Les Robertmonts » a décrit une excellente technique de voie noyée à partir de la voie C, elle est difficilement transposable en voie K.  Ma première idée a été de remplacer la voie K Märklin par de la voie Jouef en code 100, voie sur laquelle j’avais collé un rail central. Le tout avait ensuite été noyé dans une dalle en plâtre. Le résultat n’a pas été probant car peu fiable et surtout assez inesthétique. J’ai donc profité de mes récents travaux d’infrastructure pour refaire complètement cette voie.

Photo 1635 : l’ancienne voie noyée dans la cour béton. Source : letraindemanu.fr

Notre ami breton Vincent m’a récemment déposé des coupons de voie K pour le dépôt. Parmi eux, un rail dételeur (Märklin 2297) qui trouvera sur cette voie du fond un emplacement de choix pour faciliter les manœuvres.

Démontage de l’ancienne voie

A ce stade donc, il me faut donc remplacer la voie sur ses 2/3. Pour mémoire, ma voie K a été posée sur une couche de Dépron® 6 mm (au lieu du liège) et collée exclusivement à la colle vinylique (colle blanche) non diluée. Ce choix, fait il y a trois ans, s’avère judicieux pour ces travaux de réfection sans dommage. Les travaux sont réalisés avec un disque à tronçonner monté sur la Dremel.

La voie K est sectionnée à la disqueuse perpendiculairement, à 14 cm de la sortie de l’aiguille qui la relie à la voie d’évitement. Puis, toujours à la disqueuse, je découpe la dalle béton de part et d’autre de la voie noyée. La dalle étant en plâtre, la découpe va générer de la poussière. Le travail se fait donc avec la disqueuse dans la main droite et l’embout d’aspirateur dans la main gauche. Sur la partie de voie non noyée, la découpe est simplement réalisée avec un gros cutter de bricolage. C’est moins poussiéreux.

Avec un tournevis plat, je décolle le Dépron® qui supporte la voie. Cette opération est aisée.

Photo 1636 : L’ancienne voie a été retirée et décaissée. Source : letraindemanu.fr

Travaux préparatoires sur site

La voie ainsi décaissée, je passe un coup de papier de verre sur la planche pour retrouver une surface propre. Je découpe dans le décor, au cutter, l’emplacement nécessaire au moteur du dételeur.

Préparation de la voie.

Dans un coupon de voie flexible voie Märklin K de 90 cm, je découpe une section de 60 cm. Elle sera noyée sur 50 cm.

La partie translucide et mobile du dételeur est ensuite légèrement poncée. Cette opération est réalisée en position levée à l’aide d’un petit tournevis plat. Surtout n’utilisez pas la commande électrique car une action trop prolongée risque de cramer la bobine. Ce ponçage permet de dégager un peu les picots de cet élément lorsque l’élément mobile est au repos en position basse.

Sur cette nouvelle section, je soude des câbles d’alimentation : deux au rail central, avant et après le dételeur ; quatre autres sur les rails de roulement pour le retour de masse.

Dans du carton-mousse de 3 mm, je découpe deux bandes de 50 cm de long sur la largeur de la voie. Le carton-mousse n’est pas pelé. Les bandes sont collées à la colle vinylique pure l’une sur l’autre, puis sous la voie. On met sous presse avec des grosses boites de conserve.

Dans du carton de 1 mm d’épaisseur, je découpe des bandes de 4 mm de large, largeur entre les picots centraux et les tirefonds. On vérifie qu’un wagon passe sans encombre. Les bandes sont ensuite collées à la Colle 21 cyanoacrylate : une petite goutte déposée avec la canule de la marque sur chaque traverse, de part et d’autre des picots centraux, sur une longueur de 50 cm.

Puis j’applique de l’enduit de lissage en tube entre les bandes, sur les picots centraux. Avant séchage complet, j’insère les futurs clous dans l’enduit pour tracer les trous. Je retire les clous puis je laisse sécher. Une fois sec, un léger ponçage à grains fins améliore l’aspect.

Photos 1637 à 1639 : Préparation de la voie K. Source : letraindemanu.fr

Pose de la nouvelle voie

La voie est ensuite collée à son emplacement. Le plus délicat est de bien régler la jonction entre la nouvelle voie avec son dételeur et l’ancienne. Avec un wagon, je vérifie que le roulement est impeccable. Puis la voie est fixée avec quelques vis pour voie C. On laisse sécher.

J’applique ensuite une peinture acrylique gris béton sur l’entrevoie réalisé : 50% blanc + 25% ombre naturelle + 25% ocre claire. Le tout dilué avec un peu d’alcool à 70°. On laisse sécher.

Photos 1640 et 1641 : Intégration de la nouvelle voie à son emplacement. Source : letraindemanu.fr

Des clous pour le rail central

Avec un micro-forêt monté sur la Dremel, je perce la planche en me servant des trous précédemment préparés dans l’enduit. Puis j’insère un clou à tête plate dans les trous. Attention, car ces clous vont donc dépasser sous le réseau. Les têtes de ces clous doivent être très légèrement au dessus du plâtre pour que le frotteur des locos puissent entrer en contact.

Les clous sont ensuite soudés à un câble électrique qui est ensuite connecté au feeder traction. Les câbles de masse le sont également.

Photos 1642 à 1646 : Mise en place de la nouvelle voie de la STPM. Source : letraindemanu.fr

J’ai profité de l’occasion pour appliquer la même technique à la sortie de l’aiguillage vers l’Ouest, sur cette portion où toutes les locomotives plantaient allègrement. J’ai également changé l’élément de voie de transition. Avec cette nouvelle installation, les engins de traction roulent désormais sans problème.

Photo 1705 : Réfection du rail central et remplacement de l’élément de transition en sortie Ouest. Source : letraindemanu sur Canalblog.

Intégration de la nouvelle voie de la STPM

La nouvelle voie de la STPM vient d’être posée et câblée. Je termine son intégration en rebouchant la dalle béton de part et d’autre des rails. A cette fin, je commence par combler les trous entre la nouvelle voie et la dalle en place avec des chutes de carton-mousse collées à la colle vinylique. Puis je découpe des bandes de 9 mm de large dans du carton de 1 mm d’épaisseur. Elles sont collées à la Colle21 cyanoacrylate sur les extrémités des traverses, le long de la face externe des rails. Je fais de même sur le passage à niveau qui donne accès à la cour intérieure. Enfin, j’étale de l’enduit de rebouchage en tube sur ces bandes. Une fois sec, l’enduit est poncé au papier de verre à grains fins puis peint à la peinture acrylique gris béton (50% blanc + 25% noir + 25% ocre claire).

Il ne me reste plus qu’à reprendre un peu le ballast et la végétation sur ce secteur.

Photo 1648 et 1649 : intégration de la nouvelle voie voie Märklin K et réfection de la cour en béton. Source : letraindemanu.fr

Emmanuel

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s