Le préfet autorise l’extension de la ligne ferroviaire


Épisode 190 –  Le préfet signe l’extension de la ligne ferroviaire concédée à la CIC en autorisant la construction d’un dépôt à l’est. 


Les Marcillais peuvent aujourd’hui se réjouir. En effet, le préfet a signé ce jeudi 24 octobre 1963 l’autorisation d’extension de la ligne ferroviaire de la CIC [ Compagnie Industrielle et Commerciale, compagnie fictive, NDLR ] vers l’Est. La cérémonie s’est déroulée cet après-midi dans une voiture Bruhat en livrée bicolore et fraîchement lavée, tractée pour cette grande occasion par la 050 TA 23 toute rutilante de la compagnie. Cette décision clôt favorablement de longs mois de négociations avec toute l’incertitude de ces dernières semaines, puisqu’il fut même envisagé, pas plus tard que l’été dernier, de fermer définitivement la compagnie « (…) faute de trésorerie » nous a ainsi confié son président lors de ce vin d’honneur.


Photo 1341 : C’est dans cette Bruhat en livrée bicolore qu’a été remise, des mains du préfet, l’autorisation d’extension à l’est pour la compagnie. Source : letraindemanu.fr

Un été difficile

« Les Marcillaises et Marcillais sont très attachés à leur ligne de chemin de fer qui permet de désenclaver la région et surtout de développer le « petit train » comme ils l’appellent affectueusement. Notre implantation dans ZI Nord s’est considérablement renforcée avec une augmentation substantielle, tant  du trafic voyageurs, que du cabotage marchandises puisqu’un nouvel embranché vient encore de s’y installer » tient à souligner celui qui dirige la compagnie depuis plus de deux ans.

« Comme de très nombreuses compagnies sur le segment du Ho mais aussi du N , nous devons faire face à des contraintes budgétaires drastiques. Car si les loyers de nos terrains restent stables, les charges des bailleurs laxistes et la fiscalité confiscatoire ont explosé ces dernières années dans nôtre pays. Il en est de même des produits de première nécessité. Cela a considérablement impacté la trésorerie ferroviaire. Si l’état n’y prend pas garde, il pourrait bien être confronté rapidement à des revendications sectorielles ou des actions corporatistes » poursuit  cet entrepreneur qui souhaite, malgré tout, rester enthousiaste grâce à un petit job d’appoint. Et lorsque je lui évoque ses récents ennuis de santé, notre ferroviphile s’empresse d’esquiver « (…) La canicule a été pénible mais n’a pas entamé ma détermination à développer cette ligne qui nécessite aujourd’hui un dépôt pour son parc machines (…) ».

Un dépôt pour la compagnie 

Le préfet remettait en effet aujourd’hui son autorisation d’extension pour la Z.I. Est longtemps évoquée mais jamais finalisée. Mais concrètement quel est le projet de la CIC ? Échange avec le directeur de la compagnie.

■ Le canard : « Une extension pour quel projet ? »

● La CIC : « La compagnie disposait d’un beau terrain de 200×50 cm encore inexploité et se posait la question de son devenir. Le service  » Voie et Bâtiments (VB)  » souhaitait l’investir pour y stationner son parc wagons mais la Direction de la Traction a rappelé que le parc machines nécessitait un terrain pour y remiser les machines à vapeur, les y entretenir et les ravitailler. C’est cette dernière qui a remporté le projet même si le service VB s’est vu attribuer une voie de stationnement pour son matériel. Les personnels ne supportaient plus en effet de devoir les sortir de leurs emballages d’origine avec toute la perte de temps que cela occasionnait. Et puis, tous ces matériels rangés dans des armoires c’était un peu dommage quand même ! ».

■ Le canard : « Un dépôt avec un pont tournant ? »

● La CIC : « Non, notre emprise foncière ne le permet pas. Avec seulement 40cm de large et une longueur de 132 cm utiles ce sera une petite annexe traction, juste de quoi stationner et entretenir les locomotives de la compagnie ».

■ Le canard : « Vous ne vouliez pas utiliser les 200 cm disponibles ? »

● La CIC : « Non et ce pour deux raisons. La première est un retour d’expérience de ZI Nord. Longue de 200 cm et très dense en immeubles elle n’est toujours pas terminée bien qu’elle soit opérationnelle. Pour cette extension la compagnie a donc décidé d’opter pour un format plus petit et un environnement plus bucolique. La seconde raison est que la CIC souhaitait mettre en valeur le module suivant [ futur module 3, NDLR ] qui sera un module d’angle de pleine voie avec une voie visible pour le plaisir des yeux. Il fallait donc prévoir une soixantaine de centimètres pour caser un rayon de courbure à 42cm de rayon ».

■ Le canard : « Un plan peut-être ? »

●La CIC : « Oui, nous envisageons de nous inspirer de l’annexe traction de L’AMFAC60 qui fait un tabac dans nos expositions ferroviphiles Voir les reportages sur l’AMFAC60 en expos, NDLR]. Ils ont réussi à caser une remise double, un tiroir et une voie d’approvisionnement avec 12 cm de moins en longueur et une largeur équivalente. La CIC devrait donc réussir à aménager une annexe aussi efficace et complète ».

Photo 1342 : Le plan du dépôt de l’AMFAC6 extrait du Loco-revue 867 d’octobre 2019.

■ Le canard :
 « Pour ZI Nord, vous aviez utilisé de la voie Märklin K posée sur du Dépron®. Vous ferez pareil dans le dépôt ? »

● La CIC : « Oui, car la voie K est plus esthétique avec la possibilité de la ballaster de façon traditionnelle. Nous allons lancer un appel d’offres auprès des compagnies amies dans la rubrique  » Achats / Ventes  » du forum pour récupérer de la voie K d’occasion. Il ne nous faudra que cinq aiguillages (dont un seul motorisé) et quelques mètres de voie droite ».

■ Le canard : « Le gros œuvre de la menuiserie est bien avancé »

● La CIC : « Bien observé ! Les travaux de menuiserie ont bien avancé car la CIC a récupéré de nombreux morceaux de bois aux encombrants ces derniers mois dans cette perspective. Tout ce gros œuvre n’a donc pas coûté un centime à la compagnie. Et effectivement le niveau zéro de la voie est à 5cm au dessus du niveau zéro du caisson car la CIC souhaite créer un relief négatif sur ce module, chose que la topologie dans ZI Nord n’avait pas permis. Le caisson repose sur les deux colonnes du bureau-atelier comme prévu initialement et est boulonné au cadre du module aveugle. C’est du solide ! ». 

Photo 1343 : Les travaux de gros œuvre sur le module 2. Source : letraindemanu.fr

Comme on peut le constater, les travaux reprennent sur la CIC. A suivre donc.

De notre envoyé spécial dans le Marcillais

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s