Décor : seconde cour pavée dans ZI Nord



Épisode 72 – Retour au décor avec la création d’une seconde cour pavée dans ma ZI Nord.


J’ai déjà eu l’occasion de vous expliquer la technique utilisée lors de la réalisation d’une première cour pavée pour mon embranchement du premier plan (Embranchement E3ab sur le plan ci-dessous). Je ne rappellerai donc ici que les principales étapes.


Photo 366 : plan du module 1 ZI Nord. Source : letraindemanu.fr

Aujourd’hui, je vais travailler une seconde cour pavée pour l’embranchement E2. La future activité industrielle n’est à ce jour pas encore définie : Il pourrait s’agit d’un ferrailleur indépendant – comme sur le module original « La rue de Suède » de Yann Baude – ou bien de la cour extérieure de l’entrepôt en construction. Un grossiste en matériaux de construction pourrait alors convenir à ces deux embranchements E1 & E2. L’essentiel étant de prévoir une activité qui justifie une grande variété de chargements.

Sur sa face Est, coté accès des véhicules routiers, seront posés une clôture et un portail

Le gabarit

Aucune de mes voies n’est volontairement rectiligne puisque mes embranchements sont en voies flexibles. Je prépare donc un gabarit en carton Canson pour délimiter les contours de cet espace. Cette cour pavée aura une longueur de 40cm pour une largeur variant de 12 à 14 cm. Une fois le gabarit établi, je reporte les côtes sur un Carton-Plume de 10 mm d’épaisseur.


Photo 367 : Traçage du gabarit de la seconde cour pavée dans ZI Nord. Source : letraindemanu.fr

Le Carton-Plume est découpé avec un cutter à lame neuve aux bonnes dimensions et est ensuite délicatement pelé sur une face.


Photo 368 : Le Carton-Plume est pelé délicatement. Source : letraindemanu.fr

La gravure

Vous vous sentez d’attaque ? Car il y a plus de 5 000 pavés à se taper !

Pour cette étape j’ai besoin :
– d’une chute de carton de calendrier de 2 mm d’épaisseur et d’une longueur d’environ 20 cm ;
– un critérium 0,7 mmHB2 ;
– une règle métallique plate graduée ;
– une lampe de bureau avec éclairage blanc froid ;
– éventuellement une loupe ;
– et une bonne dose de patience.

Je commence par graver les traits perpendiculaires aux voies de chemin de fer : Un trait tous les 2 mm. La chute de carton de calendrier me sert de guide. Jusque là, tout va bien.

Les zones déjà gravées sont protégées par un simple carton d’emballage pour éviter notamment les traces de doigts ou les points d’appuis de la main.

Puis j’attaque la gravure des lignes transverses. Il faut travailler pavé par pavé puisque chaque rangée est décalée par rapport à la suivante. C’est la partie la plus fastidieuse. Il ne faut pas oublier de reposer la vue régulièrement.


Photo 369 : Gravure du Carton-plume pour une seconde cour pavée. Source : letraindemanu.fr

Après quelques heures de travail, on obtient une belle plaque de pavés gravés.

La patine

Si fumer est dangereux pour la santé, les cendre de cigarettes peuvent être recyclées. Bien réduites en poudre, je les utilise comme une terre à décor. Beaucoup moins fine cependant.

Après avoir déposé la plaque sur du papier journal en protection du plan de travail, je dépose ma cendre en petits tas sur la gravure avec une petite cuillère. Ne vous inquiétez pas pour la quantité. Tout le travail se fait à sec.

Avec un pinceau-brosse un peu large (un n°10 par exemple),  je brosse délicatement la plaque. La cendre va s’incruster dans les sillons et accrocher à la surface donnant ainsi une teinte grisâtre à la plaque. Il faut alterner les passes horizontales et verticales.

Photo 370 : Patine de la cour avec de la cendre de cigarette.  Source : letraindemanu.fr

Contrairement à une vraie terre à décor très fine, la cendre s’enlève assez facilement. On peut donc travailler sans crainte. On peut poser la plaque gravée sur sa tranche et tapoter au dos avec le manche du pinceau : La cendre tombe facilement.

Photos 371 à 374 : La seconde cour pavée dans la ZI Nord. Source : letraindemanu.fr

Sur certains points j’ajoute un peu de terres à décor « vert-mousse » et « noir-poussière« .

On recommence ainsi jusqu’à obtention de la teinte souhaitée, puis le tout est fixé par un bon voile de vernis mat.

Une après-midi de travail plus tard, je peux maintenant poser la plaque dans son environnement. Elle sera collée plus tard.

Emmanuel

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s