Patine d’une locomotive à vapeur série T12



Épisode 232 – La locomotive-tender T12 est essentiellement destinée au trafic voyageur sur les petites lignes. Destinée à la traction de la navette ouvrière, je décide de la patiner pour avoir une rame homogène. La patine devra donc être moins prononcée que mes locomotives précédentesUne technique sans aérographe et donc accessible à tous.


J’ai déjà patiné deux locomotives à vapeur : la Br 38 et la Br 80. Immatriculées à la DB, il s’agit de locomotives  » tout métal  » en livrée noire sur châssis rouge. Le résultat m’a plu même s’il était un peu prononcé. Si de tels outrages du temps sont en effet acceptables sur des machines anciennes terminant leur longue carrière en se voyant confier la traction de rames peu prestigieuses, des trains de travaux et des services de manœuvres, les machines destinées à une utilisation plus régulière ont une patine un peu plus soft.

Photo 1721 : La Br38 (ex P8) et la Br80 de la compagnie ont été patinées. Source : letraindemanu.fr

Comme toujours pour des travaux de patine, j’ai voulu trouver sur internet quelques modèles réels. Pas facile, car soit les photos sont anciennes et donc en noir-et-blanc, soit elles sont plus récentes en couleurs mais avec des modèles préservés donc impeccables. Je me suis donc inspiré d’autres types d’engins.

Photos 1722 et 1723 : La locomotive à vapeur Märklin 36741, type T12 prussienne avant travaux de patine. Source : letraindemanu.fr

La locomotive-tender de type T12 et d’origine prussienne est une référence Märklin (36741) plus récente offerte par Pascal. La caisse plastique est en livrée verte à liserés rouges, châssis et roues rouges. Je commence par séparer la cabine et les caisses à eau du reste de la locomotive. Il y a quatre micro-vis sous le châssis. Il faut être méticuleux pour ne pas abîmer le décodeur qui se trouve dans la soute à charbon.

Jus crasse

Photo 1724 : : La locomotive à vapeur Märklin 36741, type T12 prussienne avant travaux de patine. Source : letraindemanu.fr

Je débute mes travaux de peinture par l’application d’une première couche de « jus crasse acrylique.» [1]. Avec une seringue, je prélève 4 cc de mon jus crasse préalablement secoué dans son flacon d’origine et le verse dans un petit godet en plastique, godet avec couvercle hermétique [2]. J’ajoute la même quantité d’alcool à 70° et je mélange bien. Je passe absolument partout avec des pinceaux  plats à poils souples de différentes tailles. On n’oublie pas l’intérieur de la cabine de conduite, les tranches des hublots et fenêtres, la chaudière, les platelage, tampons, ainsi que les roues, bielles,… Je laisse sécher une journée pour estimer si une seconde couche sera nécessaire car ces peintures acryliques foncent en séchant.

Photo 1725 : : La locomotive à vapeur Märklin 36741, type T12 prussienne après application d’une première couche de jus crasse. Source : letraindemanu.fr

Seconde couche de jus crasse

Le lendemain, je décide de passer une nouvelle couche de jus crasse, mais cette fois en ne passant que sur les endroits en creux et en relief : lignes de rivets, tuyauteries, … bref, tous les endroits où s’entasse la crasse. Pour cette seconde couche, j’utilise la même dilution que la veille. Puis, le reste de ma solution est à nouveau diluée a l’alcool à 70° pour obtenir un jus très clair. Je l’applique sur l’ensemble de la locomotive. S’il y a un loupé, c’est rectifiable avec de l’alcool a 70° sur un coton-tige tant que ce n’est pas sec. Je laisse sécher une journée, puis j’applique une couche de vernis mat en bombe. Il y a lieu de protéger l’embiellage et les phares avant application du vernis. On laisse sécher à nouveau.

A ce stade, cette première phase de patine au « jus crasse » est irréversible après séchage.

Photo 1726 : La locomotive à vapeur Märklin 36741, type T12 prussienne après application d’une seconde couche de jus crasse. Source : letraindemanu.fr

Terres à décor

Je vais d’abord travailler avec du blanc  » brun argile calcinée  » (Artitec 70.012) que j’applique sur les surfaces où l’eau coule (caisse a eau, …).

Puis, j’applique un  » brun roux  » (Artitec 70.009) en insistant sur les bas de caisse, châssis, boisseaux de tampons,…

Ensuite, j’applique une  » ombre naturelle  » (ABE 678) sur l’ensemble de la locomotive en n’oubliant pas le poste de conduite. je profite de l’occasion pour en appliquer sur les deux personnages (chauffeur et mécanicien) fournis avec le modèle.

Photo 1727 : La locomotive à vapeur Märklin 36741, type T12 prussienne après une première passe de terres à décor. Source : letraindemanu.fr

Je poursuis avec une une application de  » noir poussière  » (Heico 67.013), en insistant sur le dessus de la locomotive et le tender.

Je termine avec l’application d’un  » noir  » standard (ABE 661) en insistant là encore sur le dessus de la machine et surtout le tender.

A ce stade, toute cette patine à la terre à décor est réversible sous de l’eau du robinet (caisse uniquement) en cas de loupé. Sur la chaudière, c’est réversible avec de l’eau au coton tige et au chiffon.

Vernis en bombe

Il y a lieu de protéger l’embiellage et les phares avant application du vernis.

L’application du vernis risque d’atténuer voire d’anéantir tout le travail de patine. C’est d’ailleurs ce qui m’est arrivé. Rien de grave, il suffit de recommencer en accentuant un peu les passes.

Et voici le résultat final :

Photos 1728 à 1731 : La locomotive à vapeur Märklin 36741, type T12 prussienne après patine. Source : letraindemanu.fr

La T12 a désormais un aspect plus réaliste dans ma zone industrielle. Un bon nettoyage des bandes de roulement à l’Eau écarlate avec un coton-tige, la locomotive roule parfaitement.

Emmanuel


[1]
 Le  » jus crasse acrylique  » est composé de mes résidus de peintures précédentes, dilué à l’alcool à 70°, il est conservé dans un flacon en verre avec un couvercle hermétique. C’est dans ce pot que je rince mes pinceaux. J’ai donc plusieurs flacons de jus crasse en fonction des types de peintures (acryliques, peintures à solvants,…).
[2] Les godets en plastique utilisés pour mes travaux de peinture sont des petits pots de sauce soja de traiteur asiatique précieusement conservés.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s