Un nouvel immeuble d’habitation [ Architecture et Passion ]



Épisode 170 – Poursuite des travaux d’urbanisme avec le montage d’un nouvel immeuble. Destiné au fond de décor, ce bâtiment complet sera coupé en deux afin d’obtenir deux bâtisses en bas relief. C’est pour moi une excellente occasion de découvrir les productions d’ « Architecture & Passion ».


Il est grand temps de poursuivre le fond de décor. En effet, tant qu’il n’est pas achevé, cela rend vulnérable les éléments hauts de premier plan (lampadaires, arbres, panneaux de signalisation,…que j’aurais du installer plus tard). J’ai donc jeté mon dévolu sur « L’hôtel du Nord »,  proposé par l’enseigne artisanale « Architecture & Passion ». Non seulement l’intitulé de cette référence est fort approprié au nom de mon module, mais de plus ce bâtiment modeste de trois étages convient bien à l’atmosphère de banlieue industrielle qui s’en dégage. C’est en outre une bonne occasion de découvrir ce fournisseur et sa gamme de maquettes en laser-cut.


Photo 1139 : Le kit « 
Hôtel du Nord » par Architecture & Passion. Source : letraindemanu.fr

Sur un module de cette taille, les bâtiments ne sont visibles au plus que sur trois côtés (sauf en cas de vidéo embarquée). Il est donc pertinent de scinder en deux un immeuble complet afin de profiter pleinement de ses deux façades, en particulier pour le fond de décor. De plus, c’est économique par rapport à l’achat de deux bâtiments en bas relief. Il faut seulement vérifier que la structure de la maquette le permet – j’avais interrogé préalablement le fournisseur sur cette faisabilité – et être soigneux pour la découpe puisqu’il faudra sectionner les murs pignons et les planchers. C’est un exercice que j’ai déjà pratiqué avec succès sur un premier petit immeuble à deux étages de la marque Joswood, également en laser-cut. Ce devrait donc être jouable.

Partons à la découverte de ce kit.

■ Le contenu

La maquette est vendue en sachet zippé. Il contient :

– 11 planches en carton-bois blanc cassé : il s’agit pour l’essentiel des pièces de structures et d’habillage ;

– 2 planches de Rhodoïd® pour les vitrages :

– 2 planches grises pour les toitures,

– 1 planche verte : devanture de l’hôtel et barres de fenêtres

– 1 planchette : cheminée.

– 1 notice en couleurs.

En comparaison avec la maquette Joswood précédente dont l’habillage était constitué de feuilles assez fines,  on note qu’ ici les pièces d’habillage sont dans la même matière que les pièces de structure : du carton-bois de 1 mm. Elles ont de surcroit la même couleur : blanche.


■ La découpe des pièces

Cette première étape consiste à dégrapper les pièces proprement avec un X-Acto® à lame neuve. Cela ne présente pas de difficulté particulière même si certains ponts de découpe sont un peu plus longs. Lorsque les pièces sont dégrappées, je fais un premier montage à blanc pour m’imprégner de la maquette et de son volume. Les éléments s’emboitent parfaitement, des ergots détrompeurs évitent toute erreur.

Photo 1140 ci-dessus : La façade arrière vue de l’intérieur du bâtiment. On note la forme spécifique du socle qui épouse l’arrondi du fond de décor. Source : letraindemanu.fr

■ La façade arrière

La façade arrière comprend 10 fenêtres et 1 porte réparties sur un rez-de-chaussée et trois étages. Elle représente parfaitement ces immeubles de banlieue industrielle aux logements modestes. Ce demi-bâtiment sera implanté à droite de l’immeuble Joswood auquel il sera accolé, sur une profondeur de seulement 24 mm sur son mur pignon le plus large et 9 mm sur le mur pignon le plus étroit. Pour compliquer le dossier, mon fond de décor étant arrondi, il me faut adapter le socle de l’immeuble à cette contrainte. Je reporte la surface de ce socle sur une chute de carton qui me servira plus tard de gabarit pour les planchers et surtout le toit. La face avant de l’immeuble est composée de deux pièces : une pièce de structure À reconnaissable aux fenêtres et une pièce d’habillage B.

Je peins la pièce B en  » gris pierre  » avec ma peinture acrylique en bombe de la gamme  » Do it  » de chez  » Marabu « .  Cette teinte convient bien à l’atmosphère industrielle du site. Pendant le séchage, je découpe 10 sections de fil de fer vert de jardinage de diamètre 0,5 mm et d’une longueur de 16 mm – non incluses dans le kit -. Elles sont ensuite collées à la cyanoacrylate Colle 21 sur la façade (B) pour représenter des rambarde de fenêtres. Puis je découpe le Rhodoïd® en bandes qui sont ensuite collées au dos de la pièce de structure A.


Photo 1141 : A gauche, la pièce d’habillage peinte en gris. A droite, la pièce de structure. « Hôtel du Nord » d’Architecture & passion. Source : letraindemanu.fr

■ Patine de la façade

A ce stade, il convient de patiner la façade qui doit être finalisée et vernie avant de coller les plaques A et B l’une sur l’autre, sinon on prend le risque de ternir les vitrages. Avec une pointe fine, je trace quelques fissures irrégulières. Puis je les patine légèrement avec un peu de terre à décor  » noir poussière « . Je patine également les dessous de fenêtres et sous la corniche qui sépare les 1er et  2ème étages. Je termine par un voile de vernis mat en bombe.

La plaque À (structure) est collée sur le socle. Les ergots détrompeurs permettent un positionnement facile. Puis la plaque B (habillage) est collée sur la plaque A. Le collage se fait à la colle vinylique étalée au pinceau puis mis sous presse avec des boites de conserve. Pour protéger les rambardes durant cette opération de pressage, j’ai disposé des chutes de carton de calendrier sur la façade. Plus épaisses que les rambardes, elles les protège de tout écrasement.

■ Les murs pignons

Découpés aux bonnes dimensions, les murs pignons, également composés d’une pièce de structure et d’une pièce d’habillage, sont traités comme la façade précédente. La découpe des pièces se fait sous serre-joints afin d’éviter tout ripage lors de la découpe.

Photo 1142 : A, mise sous presse de la façade ; B, découpe des murs pignons. Source : letraindemanu.fr

Nous arrivons au terme de cette première étape. Il me faudra travailler les planchers et le toit, mais cette étape se fera lorsque la façade avant de l’hôtel sera construite.
Photo 1143 : Le bâtiment d’habitation en cours de montage. Source : letraindemanu.fr

Photo 1144 : Les deux pièces de !a façade avant : à gauche, la pièce d’habillage ; au centre, la pièce de structure. Source : letraindemanu.fr

■ Le socle de l’hôtel 

J’ai utilisé l’autre moitié du socle d’origine. Je la coupe à une largeur de 35 mm, largeur des autres bâtiments à cet endroit. La façade est collée sur son socle en vérifiant bien l’équerrage (Photo 1145 A ci-dessous). La façade de l’hôtel a deux particularités : sa vitrine et sa double enseigne.

■ La façade de l’hôtel

La pièce d’habillage est peinte en gris pierre avec une peinture en bombe, comme la façade arrière. Ceux qui souhaitent patiner la façade doivent le faire à cette étape.

Commençons par l’enseigne qui se situe au-dessus du 1er étage. L’intitulé  » Hôtel du Nord  » est découpé au laser dans la pièce d’habillage. La couleur des lettres sera donc la couleur que l’on appliquera sur la pièce de structure sur laquelle elle sera collée. Ici donc, le choix est vaste, autant que vos goûts. J’ai personnellement appliqué sur la pièce de structure une peinture verte foncée qui rappelle le vert de la vitrine (Photo 1145 B ci-dessous).

Photo 1145 : Collage de la façade sur son socle et peinture de l’enseigne supérieure. Source : letraindemanu.fr

La pièce d’habillage est ensuite collée sur la pièce de structure avec de la colle vinylique étalée au pinceau. Les pièces sont mises sous presse sous des boites de conserve. La maquette est protégée par des chutes de carton (Photo 1146 A ci-dessous). Vous remarquerez que contrairement à la façade arrière, je n’ai posé ni rambarde ni vitrage à ce stade en raison des futurs aménagements intérieurs et des éclairages.

La seconde enseigne se situe sur la pièce de vitrine. Là encore, les lettres sont découpées au laser et seront donc de la couleur que vous choisirez de peindre sur la pièce de structure. J’ai opté pour du jaune comme le propose  » Architecture & Passion  » sur son exemplaire de présentation (Photo 1146 B ci-dessous).

Photo 1146 : Mise sous presse des façades et peinture de la seconde enseigne. Source : letraindemanu.fr

 Les murs pignons

Pendant le séchage de la peinture, je monte les pièces de structure des murs pignons puisque je vais mettre en place un aménagement intérieur. Le plus délicat est de ne pas se louper sur les dimensions pour être bien raccord avec le socle (Photo 1147 A ci-dessous).

 L’aménagement intérieur de la vitrine

Mon hôtel sera bien visible du spectateur. Il est donc pertinent d’aménager l’intérieur de cette vitrine. La pièce de structure du plancher du 1er étage est découpée aux bonnes dimensions et collée à la cyanoacrylate Colle 21. Une chute de Carton-Plume® est découpée pour servir de cloison latérale entre la boutique et la porte d’entrée. Son coin antérieur (coté façade) est entaillé pour le passage des câbles d’éclairages. Des chutes de carton colorés (en texture bleue pour ce qui me concerne) sont collées sur les deux murs latéraux de la boutique. Un carton peint en marron est collé au sol pour figurer un plancher en bois. Ces trois pièces de décorations ne seront de toute façon pas très visibles (Photo 1147 B ci-dessous).

Photo 1147 : Montage des murs pignons et aménagement intérieur de la vitrine de l’hôtel du nord. Source : letraindemanu.fr

Dans ma boite à rabiots, je récupère une table et quatre chaises (d’origine MKD et qui m’avaient été offertes par Jeanne et Olivier) que je peins en vert avec une peinture en bombe. Trois personnages assis prennent ensuite place sur ces équipements qui permettent de figurer un espace bar dans cet hôtel.

● Ceux qui montent l’immeuble complet disposeront au rez-de-chaussée d’une boutique plus vaste. Ils pourront donc installer un vrai bar, avec son serveur, à la place de ma cloison et donc reculer le mur du fond de la boutique. Cela nécessitera de trouver une photo pour présenter les rayonnages des bouteilles et des verres derrière le comptoir.

S’agissant d’un élément décoratif important, je place deux socles d’éclairage à led blanc froid de chez Lapierre-Modélisme (Photo 1148 A ci-dessous). En effet, lorsque le bâtiment sera en place, il sera impossible de réparer un éclairage défectueux. Un seul éclairage sera donc branché, le second servant de secours en cas de panne du premier. A signaler qu’un de ces soquets s’est décollé. Je conseille donc de renforcer par une goutte de cyanoacrylate les soquets dont toute réparation sera quasi-impossible l’immeuble une fois en place.

Le mur du fond est découpé aux bonnes dimensions dans du carton Canson de 120 gr et peint en couleur beige clair avec une bombe de peinture pour éviter toute déformation. Puis, je décore ce mur avec des images… de trains. Il s’agit de photos en noir et blanc découpées dans le catalogue annuel de la revue  » Le Train « .  On y trouve des reproductions miniatures de leurs couvertures dont certaines comportent des inserts photographiques de petite taille qui conviennent très bien pour figurer des cadres comme on en trouvait souvent dans ce type d’établissement. On imagine aisément que le patron de l’hôtel est un passionné de vieilles locomotives à vapeur (Photo 1148 ci-dessous).

Photo 1148 : Aménagement intérieur de la vitrine de l’Hôtel du Nord. Source : letraindemanu.fr

■ Les chambres

Certaines chambres seront succinctement aménagées et éclairées.

Les éclairages sont réalisés avec des leds blanches de 5 mm connectées avec des résistances de 4,7 KOhms. Les leds et les câbles sont collés à la cyanoacrylate Colle 21.

Les lits sont réalisés en carton de calendrier de 2 mm d’épaisseur : Un rectangle de 30 x 15 mm sert de base. Un petit rectangle de 15 x 3 mm simule le traversin collé sur le dessus et quatre autres rectangles identiques sont collés en dessous par paire pour simuler les pieds du lit. L’ensemble est peint en marron avec une peinture en bombe de grande surface. Un papier dit  » Papier vitrail  » de Clairefontaine est ensuite humecté puis collé à la colle blanche pour représenter le dessus de lit. Je l’ai choisi de couleur rouge pour trancher avec le reste de la chambre (Photo 1149 ci-dessous). L’armoire n’est qu’un simple rectangle de carton de calendrier peint avec une couleur claire et travaillé avec un crayon à papier pour simuler les poignées et les portes.

Photo 1149 : Fabrication des lits. Source : letraindemanu.fr

Les vitrages sont ensuite découpés puis collés à la cyanoacrylate. Les rideaux sont découpés dans du  » Papier vitrail  » Clairefontaine de couleur verte.

Des personnages, d’origine chinoise car moins chers, sont collés devant les fenêtres, puis les lits et armoires sont également mis en place. L’ensemble de la partie arrière est occultée par un carton Canson épais bleu foncé pour limiter les fuites de lumière.


Photo 1150 : Vue de l’aménagement intérieur avant la mise en place du carton d’occultation bleu. Source : letraindemanu.fr

A suivre…

Emmanuel

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s