Des machines et des hommes : Expo sur la gare de Noisy-le-Sec


Épisode 27 – Le chemin de fer témoigne de l’activité humaine, des migrations régionales et de l’essor économique. Il accompagne le développement des territoires, rapproche les pôles d’attractivité et brasse les populations. Du 13 au 21 mai 2017, l’association « Noisy-le-Sec Histoire » vous invite à remonter le temps en proposant un focus sur la deuxième plus importante gare ferroviaire de l’Est SNCF.


Avec près de 27 000 usagers annuels, dont la moitié de passagers ferroviaires, le pôle intermodal de Noisy-le-Sec est le second site le plus fréquenté de la région Est SNCF. Pourtant, dans la seconde moitié du XIXe siècle, rien ne prédestinait cette bourgade rurale et agricole de deux-mille âmes à un tel développement. Le chemin de fer allait durablement métamorphoser ce territoire, accompagner sa croissance économique et contribuer à son expansion démographique.

En partenariat avec « Rosny-Rail » et le Club photo de la commune, l’association « Noisy-le-Sec Histoire »  présente jusqu’au 21 mai une exposition retraçant l’histoire de ce site ferroviaire majeur. A l’appui de près de trois-cents documents iconographiques et une soixantaine d’objets, issus pour certains de collections personnelles, cette rétrospective plonge le visiteur dans les antres de ce vaste domaine de notre opérateur national à ses heures les plus fastueuses. 

Photo 100 : Exposition « La gare » par l’association « Noisy-le-Sec Histoire ». Source : letraindemanu

Une exposition de qualité

Élaborée avec intelligence autours de thématiques mettant en valeur l’aventure humaine, parfois douloureuse, concomitante, la présentation est didactique. Après un survol rapide de l’histoire du chemin de fer français, le visiteur découvre la création de la ligne Paris-Meaux inaugurée le 1er juillet 1849. Une implantation ferroviaire qui, dans un premier temps exacerbe l’opposition d’une frange de la population locale, maraîchers pour la plupart, qui voyaient d’un mauvais œil la traversée de leurs terres cultivables, dont certaines expropriations. Mais les perspectives de liaisons rapides avec les marchés de la capitale eurent raison de ce mécontentement. Au point que la gare, qui faillit disparaître en 1953 au profit de sa voisine de Bondy, fut sauvée un an plus tard grâce a une forte mobilisation des populations de toute la région.

Photo 101 : Exposition « La gare » par l’association « Noisy-le-Sec Histoire ». Source : letraindemanu

Bien-sûr, l’histoire de la ligne est marquée par les deux conflits mondiaux au cours desquels son intérêt stratégique a été mis à rude épreuve.

Pendant la Première Guerre mondiale tout d’abord où la gare de Noisy-le-Sec, rénovée depuis quatre ans seulement joua un rôle majeur pour l’acheminement des troupes. Elle devint à cette occasion la plus grande gare régulatrice militaire de France. Les femmes, devant suppléer à l’absence des hommes mobilisés sur le front, viennent gonfler les effectifs du dépôt pour l’entretien des machines.

Photo 102 : Exposition « La gare » par l’association « Noisy-le-Sec Histoire ». Source : letraindemanu

Lors de la Seconde Guerre mondiale, cette ligne eut un rôle majeur tant dans la progression et la retraite des troupes combattantes que dans l’acheminement des déportés à destination des camps de la mort. Noisy-le-Sec faillit d’ailleurs disparaître lors du terrible bombardement du 18 avril 1944. Les forces Alliées larguèrent plus de trois-mille bombes sur ce site d’une haute importance stratégique à l’approche des opérations du Débarquement.

Dans la période d’après-guerre, la gare connut son heure fastueuse avec un triage marchandise important. Cette activité consolida l’activité économique florissante de la commune.

Des machines et des hommes

Photo 103 : Une locomotive offerte en 1980 à Roger Gouhier, ancien maire de Noisy-le-Sec, par les cheminots d’Hebburn, ville jumelée, aujourd’hui South Tyneside.. Source : letraindemanu

L’expansion ferroviaire favorisa l’implantation de cités cheminotes où logeaient les nombreux employés du dépôt notamment, et contribua à la croissance démographique de la ville. L’exposition place l’homme au centre de ce développement en mettant l’accent sur les métiers du chemin de fer et l’engagement de la compagnie dans le tissu social. Dès 1938, la SNCF, nouvellement créée, engageait une politique familiale pertinente et efficace, sans doute plus dictée par des objectifs patronaux que sociaux. 

La rétrospective aborde plus la période vapeur du fait de l’existence de l’ancien dépôt. On découvre ainsi les différentes locomotives qui ont transité ou stationné dans les rotondes. La présence de Christian Fonnet, contributeur au journal La vie du rail depuis trente ans, a donné un relief particulier à ce vernissage.

Photo 104 : Exposition « La gare » par l’association « Noisy-le-Sec Histoire ». Source : letraindemanu

La maquette annoncée s’est malheureusement révélée décevante, presque bâclée et en tout cas très en deçà des standards modélistes. Même s’il est clairement annoncé que la maquette est en cours de construction – mais fallait-il un panneau pour s’en apercevoir ? – je me suis questionné sur l’objectif de l’auteur : pédagogique ou modéliste ? Une maquette totalement statique de surcroit. Dommage.

Photo 105 : Exposition « La gare » par l’association « Noisy-le-Sec Histoire ». Source : letraindemanu

Fort heureusement « Rosny-Rail« , partenaire de l’évènement a contribué à l’enrichissement thématique par la présentation d’objets ferroviaires et l’association « Bondy, son chêne et ses racines » présentait le film « De Magenta à Noisy-le-Sec dans la cabine d’une rame Éole« 

Finalement, il ne manquait à cette exposition que deux ou trois dioramas animés, d’autant que l’espace scène de la salle Gérard Philipe aurait permis de les accueillir. Car au demeurant, le train c’est avant tout le mouvement.

Inaugurée vendredi soir par Anne-Marie Winkopp, présidente de Noisy-le-Sec Histoire, en présence de Nicole Rivoire, maire honoraire, Dref Mendacy, adjoint au maire en charge des finances et de la vie associative, et Corinne Bord, conseillère régionale, cette inauguration s’est terminée autour d’un apéritif agrémenté de quelques gourmandises. 

Emmanuel

Cette exposition est close

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s