Une route en cendres de cigarettes


Épisode 30 – Si ma Z.I. Nord est bien-sûr desservie par le rail, les Ponts et Chaussées viennent de construire une route pour permettre le cabotage routier de proximité. Des cendres de cigarettes ont été recyclées à cette occasion.

Fumer est dangereux pour la santé, c’est bien connu. Donc ici, point question de vous inciter à sombrer dans ce vice néfaste tant pour votre organisme que pour votre portefeuille, mais plutôt de recycler les cendres de cigarettes d’un ami fumeur pour construire, ou plutôt patiner, une chaussée dans la zone industrielle.

Une route à moindres frais

Dans l’esprit d’un modélisme à moindre coût, je n’utilise pas pour ma route de produits tous prêts du commerce spécialisé, mais je recours au Carton-plume© comme je l’avais fait pour mon quai.

Photo 111 : Gravure des bordures de trottoirs. Source : © letraindemanu

Je commence à réaliser une matrice en fiche bristol, afin de définir les côtes avec précision. En effet, ma route est en biais et va sectionner le rail à trois reprises. J’ai défini la largeur hors tout de la voirie à 10cm. Puisque les trottoirs feront chacun 2cm (1,74 m réel, soit la largeur de deux fauteuils roulants), la chaussée utile sera de 6cm (soit 5,22 m réel). 

J’utilise donc du Carton-Plume© de 10mm, pelé uniquement coté asphalte. Pour peler le Carton-plume, il faut délicatement insérer une lame de cutter entre la feuille de papier contrecollée et le polystyrène. Puis soulever et tirer délicatement le papier en maintenant à plat le polystyrène avec une chute de plastique plane.

Dans un premier temps, j’avais envisagé de calculer la longueur en amenant le Carton-plume©  jusqu’à la face externe du rail, en désépaississant le Carton-plume© sur les traverses. Malheureusement, c’est une matière fragile et les résultats obtenus n’étaient pas convaincants. J’ai donc décidé de calculer les longueurs jusqu’aux bords extérieurs des traverses et de rajouter ensuite une bande de papier Canson 224gr pour que ma route atteigne le flanc extérieur des rails.

Photo 112 : Gravure des bordures de trottoirs. Source : © letraindemanu

Lorsque les matrices en bristol sont établies aux côtés exactes, je m’en sert pour délimiter mes sections de routes dans le Carton-plume©. La découpe se réalise avec une lame neuve et une règle plate métallique, sinon on court le risque de déchirures disgracieuses. Mes sections de route sont ensuite posées de part et d’autre des voies ferrées. Elles sont collées sur le Dépron© à la colle vinylique étalée généreusement, suivie d’une séance de pressage avec des boites de conserve.

Les trottoirs

Les trottoirs sont réalisés selon la même méthode et dans la même matière. Les trottoirs sont des bandes de 2cm de large. Leur longueur est fonction du site que l’on envisage en tenant compte des croisements, entrées carrossables et bateaux. 


Photo 113 : Gravure des bordures de trottoirs. Source : © letraindemanu

Les bordures de trottoirs sont gravées avec une pointe de critérium. Les bordures font 2mm de large et 7mm de long. Les angles sont tracés en arrondi, un pot de pics à apéritif sert de gabarit.


Photo 114 : les arrondis sur les bordures de trottoirs. Source : © letraindemanu

La mise en couleurs

De premiers essais de mise en couleurs ont été pratiqués sur une chute de Carton-Plume© avec de la peinture Humbrol 140. Ils ne m’ont pas donné satisfaction, le rendu étant trop sombre et trop homogène à mon goût. Même après essai avec un mélange de terre à décor ocre clair, le résultat n’était pas probant. C’est alors que m’est venue l’idée d’utiliser de la cendre de cigarettes, avec ses différents dégradés de gris.

L’application de la cendre se fait au pinceau brosse, tant sur la chaussée que sur les trottoirs. Lorsque toutes les surfaces sont traitées, j’applique avec un pinceau fin du diluant Humbrol. Il s’étale par capillarité et assombrit la teinte globale. Après séchage, j’applique à nouveau de la cendre, puis un voile de vernis mat.


Photos 115 & 116 : Mise en couleurs de la chaussée et des trottoirs. Source : © letraindemanu

Après séchage du vernis, et selon le résultat obtenu, il est possible de répéter les opérations. Pour ma part, j’ai complété avec de la terre à décor noire poussière et de l’ocre clair.

Photos 117 & 118 : finitions de .a mâtiné de la chaussée et des trottoirs. Source : © letraindemanu

Lorsque la teinte définitive est obtenue, un voile de vernis mat est appliqué. Il ne me reste plus qu’à traiter les passages de voies.

Emmanuel

6 commentaires

  1. Bonjour est ce que sa peut fonctionner avec de la cendre de charbon de bois ? avec quoi faites vous vos trottoirs ? Faut il mettre une peinture en dessous des cendres ? et quel vernis utilisez vous ou quel vernis puis je prendre dans le commerce ? Merci

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s