Un véhicule historique pour mon centre de secours Ho


Épisode 363 • Après la construction du centre de secours, il est temps de passer à sa dotation en véhicules. Commençons par un véhicule qui conviendra à tous quelle que soit l’époque.


La maquette Minifer et son extension offrent à la commune de Sainte-Gisèle un beau centre de secours à six travées. Il convient donc de l’armer en le dotant de véhicules cohérents.

Comme nous l’avons vu dans l’épisode précédent consacré à la construction du bâtiment, un centre de secours doit être en mesure de répondre à au moins deux demandes de secours simultanément en premier départ sur son territoire de compétence, ce qui suppose un parc automobile varié. Le réseau étant censé se situer historiquement dans la période 1960/1970, je vais essayer de respecter cette époque pour les véhicules de sapeurs-pompiers.

Photo 3062 : Le CCFL GMC de la ville d’Inguiniel (56) reproduit par REE. Source : letraindemanu.fr

L’histoire du CCFL GMC reproduit par REE

Sainte-Gisèle est une bourgade rurale. Il lui faut donc un camion citerne tout-chemin pour répondre aux incendies de bâtiments agricoles, de végétation et de feux forestiers. Mon choix s’est porté sur un Camion Citerne Feux de forêts Lourd (CCFL) sur châssis GMC (Général Motors Corporation) proposé en de nombreuses version par REE (Référence CB 075) dans sa livrée à cabine tôlée d’Inguiniel (56).

L’histoire, cette fois bien réelle, de ce véhicule du Morbihan en particulier est assez représentative de ce que fut l’épopée de nombreux services communaux de lutte contre l’incendie après-guerre.

Le GMC 6×6 est à l’origine un véhicule militaire commandé par l’Armée américaine qui voulait un engin de transport polyvalent, apte à transporter troupes, blessés, munitions et ravitaillement. Fabriqué à plus de 810 000 exemplaires entre 1941 et 1945, il arrive en France avec les Alliés lors de la Seconde Guerre mondiale. Restés sur le territoire national après le conflit, nombre d’entre eux sont convertis en véhicules incendies dans un pays industriellement exsangue et dont le parc automobile des sapeurs-pompiers est dévasté. Même s’il existe quelques différences selon les équipementiers, le GMC est un Camion Citerne Feux de forêts Lourd (CCFL) avec une tonne de 3000 à 3500 l, une motopompe de 500 l/mn et un dévidoir de premier secours. Qui peut le plus, peut le moins, il est donc aussi apte à combattre des feux urbains.

Photo 3063 : Une des premières photographies du CCFL GMC de la ville d’Inguiniel (56) reproduit par REE. On remarque l’immatriculation dans le Maine-et-Loire, preuve d’une mutation toute récente. On note également l’absence de gyrophare sur la cabine. Source : Sapeurs-pompiers d’Inguiniel sur Facebook

Le modèle d’Inguiniel est un exemplaire à cabine tôlée, équipée par Froger d’une tonne de 3500 l, d’une motopompe, d’un dévidoir de premier secours de 80 m, d’un porte-échelle et d’un treuil. Les tuyaux et agrès sont rangés dans la banquette coffre située derrière la cabine et dans les coffres de chaque côté de la tonne. Il fut racheté par la commune en 1969 pour équiper son corps communal de sapeurs-pompiers où il est resté opérationnel une vingtaine d’années. Certes un peu rustique, l’engin est robuste et répond aux besoins opérationnels vaillamment. Il participe notamment aux nombreuses et longues interventions lors des incendies de l’été 1976, caniculaire, au cours desquels 88 000 ha étaient partis en fumée. 500 ha de la forêt de Brocéliande, en Bretagne, avaient été détruits.

En 1987, on comptait encore plus de 1000 CCFL GMC en France dont 400 rien qu’en Gironde. Les SDIS considéraient qu’avec le prix d’un CCF neuf (120 000 équivalent euros), on pouvait rénover 3 GMC. C’est sa consommation de carburant de 100 l/100 km en PV qui signa finalement son arrêt définitif.

Il est ensuite réformé du service incendie en 1990, date à laquelle il est muté aux services techniques municipaux où il servira encore une décennie jusqu’en 2000. En fin de carrière, Il est alors cédé à l’Union départementale des sapeurs-pompiers du Morbihan (UDSP56).

Photo 3064 : Rémy Bruchec et Henri Carréric, deux anciens pompiers qui ont eu l’occasion d’intervenir avec ce véhicule, notamment sur le feu important de 1976 à Lanvaudan. Le CCFL GMC de la ville d’Inguiniel (56) en 2011 avant sa rénovation. Source : Le Télégramme

A partir de 2011, les bénévoles décident de le restaurer. Ils se lancent alors dans la collecte de vieux papiers pour financer l’opération. 7000 euros et cinq années de travaux plus tard, le vénérable véhicule est remis à neuf dans sa livrée d’origine y compris son gyrophare de priorité orange d’époque (avant 1971). En 2016, il intègre le parc des véhicules sauvegardés par l’UDSP56, qui en compte une trentaine, en retournant dans son centre d’origine à Inguiniel, centre qui fête cette année-là son 80ème anniversaire. L’UDSP56 à en effet fait le choix d’un musée décentralisé en répartissant sa collection dans les centres de secours, au plus près des populations que ces engins ont protégées.

Consécration suprême, le véhicule d’Inguiniel est porté à l’inventaire des Monuments historiques (véhicules) en 2019.

Photo 3065 : Le CCFL GMC de la ville d’Inguiniel (56) en 2016 après restauration. Source : SPDU10 sur Skyrock

Le blog SPDU10 sur Skyrock vous propose de nombreuses autres photos de l’engin rénové.

Le modèle réduit proposé par REE est restitué avec une grande finesse. C’est vraiment un très beau modèle. Il conviendra (voir toutes les déclinaisons proposées par REE) à tous les centres d’incendies de nos réseaux Ho.

Compte-tenu de l’histoire du véhicule original, la référence d’Inguiniel pourra donc être présentée de 1969 à 1990 en opération et de 2016 à nos jours comme véhicule de collection, en statique ou en parade de véhicules anciens. Cela offre de belles possibilités de décor.


Photos 3066 et 3067 : Le Camion citerne Feux de forêts Lourd (CCFL) GMC de la ville d’Inguiniel (56) reproduit par REE (ref CB 075) et affecté au centre de secours de la ville de Sainte-Gisèle. Source : letraindemanu.fr

A suivre : les autres véhicules du centre de secours

Emmanuel


4 commentaires

    1. Ah oui ! C’est vraiment un produit de très belle qualité ! (Faut juste faire attention en le manipulant pour ne pas casser les retros). Rien à voir avec la concurrence industrielle. E pense que je vais craquer pour la Jeep. C’est un modèle à placer à un endroit bien visible du spectateur.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s